Le parc

Le Parc Marin de la Côte Bleue est un espace protégé depuis 1983. Situé dans les Bouches-du-Rhône entre les bassins industrialisés de Marseille et de Fos-sur-Mer il a su préserver sa riche biodiversité sous-marine en conciliant l’environnement et l’économie et en travaillant depuis sa création avec l’ensemble des parties prenantes du littoral.

Territoire
Objectifs
Gouvernance
Équipe
Historique

Territoire

La concession d’utilisation
du domaine public maritime

Les réserves marines

Le site Natura 2000
"Côte Bleue Marine"

La Côte Bleue

La concession d’utilisation
du domaine public maritime

Le Syndicat Mixte est titulaire d’une concession d’utilisation des dépendances du DPM (Domaine Public Maritime) de 9 873 ha attribuée par Arrêté Préfectoral du 15/12/2003, pour une durée de 30 ans. Elle correspond à la zone d’intervention du Parc Marin sur l’ensemble du territoire maritime de la Côte Bleue situé entre la pointe de Corbières (Marseille) et l’anse des Laurons (Martigues).
Dans cette concession, des récifs artificiels ont été installés sur des fonds appauvris favorisant la fixation de la faune et de la flore, servant d'habitat, et permettant une recolonisation des fonds marins.
L'immersion des récifs artificiels répond à des objectifs de protection de la ressource, de respect de la réglementation, d'innovation et d'expérimentation nouvelle en matière de pêche et de recherche scientifique.


Les récifs de production


L’immersion des premiers récifs artificiels de production a été réalisée dans la réserve de Carry-le-Rouet en 1983. Les sites d’immersion choisis à l’époque concernent des taches de sable au sein de l’herbier de Posidonies. Les profondeurs d’immersion varient entre 15 et 24 m. Cette immersion expérimentale était constituée de modules dits « alvéolaires » construits à partir de dalles béton, parpaings et briques pour un volume limité de 225 m3 au total.

En 1985, dans le cadre d’un programme interrégional d’aménagement de récifs artificiels concernant la région Languedoc-Roussillon et plusieurs sites de notre région (cantonnements des Alpes Maritimes, la Ciotat et Côte Bleue) de nouveaux modules de fabrication cette fois industrialisée (Bonna 158 m3 et 2 m3) sont immergés en zone périphérique, sur les concessions devant Sausset-les-Pins, Ensuès-la-Redonne et le Rove. Ces sites sont destinés à compléter le dispositif déjà présent, afin de maintenir et de promouvoir la pêche côtière aux  » petits métiers « . En 1989, l’aménagement de ces trois sites est finalisé par la mise en place de modules Sabla de 1,7m3.

La mise en place de la réserve du Cap-Couronne a permis l’aménagement d’un site de récifs artificiels de production à l’intérieur de la zone marine protégée. Ce site est constitué par trois amas de modules Sabla de 1,7 m3.

En 2004, la sté Hydro M a mis à disposition du Parc Marin six modules « Khéops » qui ont été immergés à titre expérimental sur le site déjà aménagé en récifs du Cap-Couronne.

Au total, ce sont plus de 2 800 m3 de récifs artificiels qui sont immergés dans un but de production.

 


Les récifs de protection


Les récifs artificiels dits « de protection » ont pour vocation première la protection des fonds par la création d’obstacles empêchant physiquement les opérations de chalutage illégal dans la bande côtière. Leur architecture constitue de façon secondaire, une zone d’abri attractive pour la faune sous-marine.

Afin de limiter un prélèvement excessif sur la ressource, de réduire les dommages occasionnés à l’herbier de posidonies et de favoriser la pêche artisanale aux filets (nettement plus sélective et donc respectueuse de la ressource), environ 17 km d’alignements d’obstacles au chalutage ont été immergés devant la Côte Bleue.

L’immersion d’une douzaine de modules d’une conception nouvelle a été réalisée à l’intérieur de la réserve de Carry-le-Rouet pour empêcher la pratique des sennes tournantes. Cet engin de pêche, destiné à la capture des sardines ou des anchois, est devenu très performant sur des espèces telles que les saupes, les sars, les dorades, les canthares, les loups, les muges, et ceci même sur les petits fonds côtiers.

Les réserves marines

Le Parc Marin de la Côte Bleue a mis en place deux zones marines intégralement protégées dans son périmètre. Le statut de ces deux zones est celui de cantonnement de pêche règlementé par Arrêté du Ministère chargé de la Pêche et par Arrêté du Préfet Maritime.


Les objectifs


Les réserves sont délimitées en mer au moyen de bouées de balisage de couleur jaune surmontées d’une croix de Saint-André (marque spéciale) et d’un éclairage assurant leur repérage la nuit. Des panneaux sont positionnés à terre à tous les accès au littoral des réserves. Une surveillance est assurée toute l’année.

Au sein de ces deux réserves, la pêche sous toutes ses formes et la collecte d’organismes vivants sont interdites. D’autres activités comme la plongée en scaphandre autonome, le mouillage des navires et le dragage y sont également interdits.
Sur le site de la Côte Bleue, ces deux réserves assurent une protection intégrale de près

de 8 % des petits fonds compris entre 0 et -30 m de profondeur, qui sont les plus productifs, qui contiennent les habitats les plus sensibles (herbier de Posidonie) et où se concentrent la majeure partie des activités humaines.

Les objectifs de ces réserves sont :
• augmenter la productivité du milieu marin par la protection de zones favorables au frai et à la concentration des espèces marines;
• reconstituer des biotopes naturels en équilibre avec leur faune et leur flore associées;
• mettre en place des expériences innovantes, contribuant à la connaissance, à la protection et à la gestion du milieu marin méditerranéen.


La réserve de Carry-le-Rouet


La zone marine protégée devant Carry-le-Rouet a été créée en décembre 1982. Il s’agit d’une aire de 85 ha qui borde le littoral entre le port de Carry et l’anse du Rouet, et qui s’étend jusqu’à 1 km au large, au voisinage de la limite profonde des herbiers de posidonie, à 30 m de profondeur. Les fonds rocheux sont présents en bordure littorale et se prolongent au large sous forme de dalles et de blocs émergent de l’herbier, les plus importants se situant entre 10 et 15 mètres de profondeur.

La zone est délimitée par 6 bouées permanentes et 2 espars marquant les limites à terre.


La réserve de Cap-Couronne


Suite à l’évolution du milieu liée à la gestion et à la protection de la réserve de Carry-le-Rouet, les représentants des pêcheurs professionnels de Martigues ont souhaité la réalisation d’un projet d’aménagement des fonds devant le secteur du Cap-Couronne. Ce projet a pris forme en 1996, avec la création de l’une des plus grandes zones marines intégralement protégées de Méditerranée à l’époque (210 ha).

Cette zone commence à environ 50 mètres du littoral, entre le Cap-Couronne et la Pointe Noire. Elle s’étend au large à environ 1 mille jusqu’à des fonds de 50 mètres.

Les fonds se composent de sable, roches coralligènes, et herbier de posidonies.

La réserve est délimitée par 7 bouées permanentes.

Le site Natura 2000
"Côte Bleue Marine"

La démarche Natura 2000 est une initiative européenne dont l’ambition est de créer un réseau de sites représentatifs de la biodiversité européenne, protégeant les milieux et les espèces les plus remarquables. Le réseau Natura 2000 s’appuie sur l’application des Directives européennes « Habitats Faune Flore » (1992/43/CE) et « Oiseaux » (2009/147/CE), qui constituent le cadre réglementaire.
Découvrez notre site dédié Natura 2000


Le site N2000


La France compte 1776 sites Natura 2000 sur ses 4 zones biogéographiques, soit 12,9% du territoire national et 34% de la surface marine de la zone économique exclusive (ZEE). L’élargissement du réseau « Natura 2000 en mer » a abouti en 2008 à la désignation de 59 nouveaux sites Natura 2000 entièrement marins (dont la Côte Bleue), sur un total en France de 206 sites avec une partie maritime qui occupent 41 461 km² en mer.
Depuis 2009, le Parc Marin est désigné par l’État Opérateur puis Animateur du site Natura 2000 « Côte Bleue Marine » (FR9301999). Exclusivement marin, le site s’étend sur près de 19 000 ha et englobe l’ensemble du littoral de la Côte Bleue jusqu’à 6 milles au large et 100 m de profondeur. C’est une Zone Spéciale de Conservation (ZSC) désignée en 2015 au titre de la Directive « Habitats ».
Situé entre la Rade de Marseille à l’Est (pointe de Corbières) et le Golfe de Fos à l’Ouest (anse des Laurons), il inclut l’ensemble de la concession du Parc Marin de la Côte Bleue (9 873 ha jusqu’à 2 milles nautiques), dont les deux zones marines protégées du Cap-Couronne (210 ha) et de Carry-le-Rouet (85 ha).
Lors de l’élaboration du “Document d’Objectifs” (DOCOB), les ateliers de concertation avec les usagers ont débuté en septembre 2010 et se sont terminées en avril 2013. 150 professionnels ou structures associées à la mer ont été invités à ces ateliers et 177 personnes ont répondu présent lors de ces différentes réunions de concertation, soit un total de 76 structures ou professionnels représentés qui ont tous contribué à cette dynamique participative.

La Côte Bleue

La Côte Bleue est située entre la rade de Marseille et le Golfe de Fos et occupe la frange littorale du massif de la Nerthe. Elle est séparée de l'Etang de Berre par la Chaîne de l'Estaque. Elle est composée de 5 communes d'Est en Ouest :
• Le Rove
• Ensuès-le-Redonne
• Carry-le-Rouet
• Sausset-les-Pins
• Martigues (Carro-La Couronne)


Un littoral protégé


Le littoral est essentiellement rocheux et la Côte Bleue marque la limite des côtes rocheuses de la Provence avant le littoral bas et sédimentaire du Golfe du Lion qui s’étend jusqu’à la frontière espagnole. Le relief est marqué par de nombreuses falaises et les pentes s’adoucissent de l’Est vers l’Ouest, et en se rapprochant du littoral.

La Côte Bleue est occupée depuis la préhistoire par les hommes. De nombreux vestiges datant des différentes époques de civilisation (néolithique, âge du bronze, du fer, périodes romaine et médiévale) témoignent de la richesse archéologique, historique et patrimoniale de ce territoire, longtemps isolé par son relief de la grande métropole voisine. Bien que située entre plusieurs complexes industrialo-portuaires (Marseille, Fos sur Mer et étang de Berre), la Côte Bleue est restée à l’écart de l’industrialisation. Le désenclavement est arrivé avec la ligne de chemin de fer Marseille-Miramas au début du XXième siècle, et la voie routière qui a accéléré l’urbanisation à partir des années 1970.

Un milieu marin riche et varié

La topographie sous-marine suit le relief terrestre et présente une grande variété d’aspects et de paysages : plages de sable, éboulis rocheux, tombants, failles, secs, remontées rocheuses, îlots et grottes. Au niveau hydrologique, il s’agit d’une zone de transition entre les masses d’eaux du golfe du Lion, sous l’influence du Rhône, et celles véhiculées par le courant Liguro-provençal, orienté d’Est en Ouest. Ces masses d’eaux sont soumises à des phénomènes d’upwelling lors des périodes de mistral (remontées d’eaux froides profondes), pouvant occasionner une chute de la température des eaux infralittorales de 10°C en l’espace de quelques heures.

Du fait de cette situation géographique et écologique particulière, les fonds marins sont très riches et toutes les biocénoses de la Méditerranée Nord-occidentale y sont représentées : des petits fonds rocheux peuplés d’algues et servant de refuge à une faune invertébrée et vertébrée très riche, quelques grottes sous-marines, des fonds sédimentaires variés, un herbier de Posidonie remarquable occupant 1 049 hectares, et des peuplements coralligènes très développés.

La Côte Bleue montre une biodiversité marine très riche et plus de 246 espèces de poissons ont été recensées, appartenant à 92 familles. Une grande partie des espèces inventoriées présentent un intérêt commercial pour la pêche. On dénombre sur la Côte Bleue une soixantaine d’espèces marines à statut, protégées ou menacées dont l’exploitation est réglementée.

Sites terrestres classés

Le massif de la Nerthe a fait l’objet d’un classement par décret du 20 juin 2013 au titre des sites classés de la loi du 2 mai 1930. Il occupe un périmètre de 5 000 ha devant 14 km du littoral de la Côte Bleue, entre l’anse du Rouet (Carry le Rouet) et l’Estaque (Marseille). Le site s’étend jusqu’à 500 mètres en mer, correspondant à 510 ha sur le Domaine Public Maritime.

Deux sites Natura 2000 terrestres sont présents : la zone spéciale de conservation « Côte Bleue – Chaîne de l’Estaque » au titre de la directive Habitats (site FR9301601 de 5 552 ha) ; la zone de protection spéciale « Les falaises de Niolon » au titre de la directive Oiseaux, du fait de la présence d’aigles de Bonelli (site FR9312017 de 144 ha).

La zone de Martigues-Bonnieu constitue un point chaud de la biodiversité, avec notamment les seules stations connues en France pour 3 espèces végétales protégées (Mérendère filiforme, Gagée de Mauritanie et Chicorée scabre) qui a fait l’objet d’un arrêté de protection de Biotope en 2018. La faune du massif de la Nerthe est assez remarquable au niveau des insectes, des amphibiens, des reptiles et des oiseaux, en particulier des espèces migratrices. Des zones humides (une roselière à Boumandariel et deux mares d’eau douce) témoignent également de la biodiversité de la Côte Bleue. 

Objectifs

Les objectifs du Parc Marin de la Côte Bleue se retrouvent dans deux documents de portée différente : les statuts du syndicat mixte, et le plan de gestion. Ces
documents approuvés par le Comité Syndical sont compatibles avec le Document d’Objectifs du site Natura 2000 Côte Bleue Marine qui a été approuvé par arrêté préfectoral.

Les objectifs statutaires
du syndicat mixte

Les objectifs du Parc Marin de la Côte Bleue se retrouvent dans deux documents de portée différente : les statuts du syndicat mixte, et le plan de gestion. Ces
documents approuvés par le Comité Syndical sont compatibles avec le Document d’Objectifs du site Natura 2000 Côte Bleue Marine qui a été approuvé par arrêté préfectoral.

La connaissance, l’étude et le suivi
du milieu marin et littoral de la Côte Bleue
L’expérimentation en matière de gestion
du milieu marin et le partage des résultats
notamment dans les réseaux d’Aires Marines Protégées
La protection des habitats marins et des espèces qui les peuplent
La participation à des programmes de recherche scientifique
La collaboration avec les collectivités et l’Etat,
notamment en vue de la contribution à l’objectif du
bon état écologique du milieu marin
La réalisation de programmes pédagogiques auprès des scolaires en liaison avec l’Education Nationale
La contribution à une meilleure gestion des ressources halieutiques
L’information et la sensibilisation
du public à l’environnement marin.

Le territoire concerné par la mise en œuvre de ces objectifs est l’ensemble du littoral de la Côte Bleue entre l’anse des Laurons à l’Ouest et la pointe de Corbières à l’Est, et le milieu marin adjacent jusqu’à 6 milles au large, soit devant les communes de Martigues, Sausset les Pins, Carry le Rouet, Ensuès la Redonne, et le Rove.


Le Plan de Gestion 2020-2030


Les grands objectifs du plan de gestion en cours sont identiques à ceux du premier plan de gestion mis en œuvre à partir de 2008. Celui-ci avait fait l’objet d’une analyse approfondie de l’action du Parc depuis 25 ans, d’une très large participation des partenaires institutionnels et d’une importante concertation avec les usagers et les habitants.
Il se décompose en 6 grands objectifs « structurants » auxquels un septième objectif « structurel » a été a ajouté pour la phase 2020-2030.

1

Renforcer la connaissance du patrimoine naturel marin et littoral

2

Gérer, protéger et valoriser les milieux naturels marins et littoraux

3

Valoriser la ressource halieutique et assurer les conditions d’une pêche côtière durable

4

Favoriser une gestion raisonnée des usages récréatifs liés à la mer et au littoral

5

Etre le relais des politiques locales pour les procédures et projets concernant le milieu marin et la frange littorale

6

Répondre à la demande d’information, de sensibilisation et d’éducation à l’environnement marin

7

Assurer la gouvernance

Un syndicat mixte

Le Parc Marin de la Côte Bleue est une structure originale, qui repose depuis sa création sur une coopération étroite entre les collectivités locales et les organisations professionnelles de la pêche. Établi à l'origine sur la base de plusieurs concessions de cultures marines, le Parc Marin, dont les objectifs s'inspiraient de ceux des Parcs Naturels Régionaux, a été géré jusqu'en 2000 par une association qui s'est transformée en syndicat mixte, établissement public.

Cette évolution a permis de regrouper de façon plus officielle et pérenne les collectivités concernées : la Région Provence-Alpes-Côte d’Azur, le Département des Bouches-du-Rhône, les communes de Martigues, Sausset-les-Pins, Carry-le-Rouet, Ensuès-la-Redonne, le Rove, et les organisations professionnelles de la pêche (le Comité Régional des Pêches Maritimes et des Élevages Marins, les Prud’homies de Marseille et de Martigues).

Le domaine d’intervention du syndicat mixte s’étend sur l’ensemble du littoral de la Côte Bleue, soit 43 km de côtes, de l’Anse des Laurons à l’ouest, à la Pointe de Corbières à l’Est, et sur le milieu marin adjacent jusqu’à 6 milles marins au large. Il intervient devant les communes de Martigues, Sausset les Pins, Carry-le-Rouet, Ensuès-la-Redonne et le Rove.

Le Parc Marin de la Côte Bleue gère :

  • la zone marine protégée de Carry-le-Rouet,
  • la zone marine protégée du Cap-Couronne,
  • l’ensemble des aménagements en récifs artificiels devant Niolon, Ensues-la-Redonne, Carry-le-Rouet, Sausset les Pins et La Couronne-Carro.

Le mot du président

René-Francis CARPENTIER,
Président 2021, Maire de Carry-le-Rouet

 

Composition du comité syndical

Le Comité Syndical est constitué des représentants désignés par les membres du Syndicat Mixte, au nombre de 26, dont 9 membres titulaires, 3 membres associés et 14 membres suppléants.

La Présidence du Parc Marin est renouvelée chaque année et revient à tout de rôle au représentant de l’une des 5 communes fondatrices.


Titulaires


Mme Anne

CLAUDIUS PETIT

Conseil Régional

M.Christophe

MADROLLE

Conseil Régional

Mme Valérie

GUARINO

Conseil Départemental

M. Eric

LE DISSES

Conseil Départemental

M. René-Francis

CARPENTIER

Carry-le-Rouet

M. Michel

ILLAC

Ensuès-la-Redonne

M. Gaby

CHARROUX

Martigues

M. Georges

ROSSO

Le Rove

Mme Christelle

BURRIAT

Sausset-les-Pins


Suppléants


M. Georges

CRISTIANI

Conseil Régional

M. Alexandre

DORIOL

Conseil Régional

Mme Danielle

MILON

Conseil Départemental

M. Roland

GIBERTI

Conseil Départemental

M. Dominique

LOUIS

Carry-le-Rouet

M. Denis

GALLICE

Carry-le-Rouet

Mme Christelle

ROSSELO - COTI

Ensuès-la-Redonne

M. Constant

COUTSOURAS

Ensuès-la-Redonne

M. Mehdi

KHOUANI

Martigues

Mme Sigolène

VINSON

Martigues

M. Paul

SABATINO

Le Rove

M. Michel

JAUFFRET

Le Rove

M. Maxime

MARCHAND

Sausset-les-Pins

M. Jacques

SABATIER

Sausset-les-Pins


Membres associés


M. Christian

MOLINERO

Comité Régional des Pêches Maritimes et des Elevages Marins

M. William

TILLET

Prud’homie de Pêche de Martigues

M. Christian

MOLINERO

Prud’homie de Pêche de Marseille

équipe

Alizée ANGELINI

Directrice

Frédéric BACHET

Pêche et réseaux de gestionnaire

Marie BRAVO-MONIN

Développement et partenariats

Olivier BRETTON

Gestion des opérations et de la surveillance

Benjamin CADVILLE

Natura 2000 et grands projets

Eric CHARBONNEL

Coordination scientifique

Christine DEBS

Secrétaire

Cora OLLIER

Communication et sensibilisation

Anaïs ROYER

Agent polyvalent

Candidature saisonnière au poste de surveillance

 

Les saisonniers interviennent l’été pour renforcer le dispositif de surveillance du Parc Marin. Ce personnel supplémentaire permet d’étaler les horaires de surveillance les week-ends, les jours fériés et également la nuit.

Vous pouvez postuler via notre formulaire de contact ou à l’adresse mail syndicatmixte@parcmarincotebleue.fr

 

Le travail de saisonnier vous intéresse ?
Télécharger le document d'information

Historique

Le 20 décembre 1982, le Conseil Régional Provence Alpes Côte d’Azur votait le projet d’étude de création d’un Parc Naturel Régional Marin, conformément aux propositions soutenues dans le Programme Régional de développement des cultures marines et de gestion des ressources vivantes de 1980.

L’idée directrice du projet de Parc Naturel Régional Marin était de créer le long du littoral de la région un ensemble de zones sur lesquelles seraient appliqués les objectifs essentiels des parcs régionaux, soit :

 

  • Protéger le patrimoine naturel marin
  • Participer à une meilleure gestion des ressources de pêche
  • Mieux connaître et mieux faire connaître le patrimoine marin

Dans le cadre de ce projet, les actions devaient être concrétisées sur le terrain par la création de zones protégées où les activités seraient réglementées, et de zones dites périphériques qui seraient mises en valeur par des actions de protection du milieu, de gestion des ressources, et d’information du public.


Dates clefs


1978

Début d’un certain nombre d'études, comme le balisage et la cartographie des herbiers de posidonies par le Service Maritime des Bouches du Rhône, avec propositions de planification et de gestion du milieu marin.

1980

Mise en place d’un Programme régional de développement des cultures marines et de gestion des ressources vivantes de la mer.

1982

Vote d’un projet de création d'un Parc Naturel Régional Marin par le Conseil Régional Provence Alpes Côte d'Azur.

1983

création de l'association Parc Régional Marin de la Côte Bleue en partenariat avec les communes littorales de Sausset-les-Pins, Carry-le-Rouet, Ensuès-la-Redonne et le Rove, sur proposition du Conseil Régional, et avec la participation du Conseil Général, dans le but de gérer la ZMP de Carry et d'expérimenter les objectifs d'un Parc Naturel Régional en mer. Le siège est basé à Sausset-les-Pins.

1985

Démarrage d’un programme d'aménagements de récifs artificiels de production et de protection dans la bande côtière comprise entre Niolon et Sausset-les-Pins, sur la base de financements européens.

1993

Évolution statutaire avec l’élargissement à la commune de Martigues (partie littorale située sur la Côte Bleue). A l'occasion de cette évolution statutaire, la représentation des Comités Locaux des Pêches Maritimes et des Prud'homies de Pêche de Marseille et de Martigues est renforcée au Conseil d'Administration du Parc Marin.

1996

Création de la réserve du Cap-Couronne et immersion de récifs de protection et de production, sur la base d'un projet présenté par le Comité Local et la Prud’homie de Pêche de Martigues.

2000

Création du syndicat mixte Parc Marin de la Côte Bleue. Cette forme juridique d'établissement public renforce l’implication des collectivités territoriales et la pérennité de la structure.

2003

Création d’un Conseil Scientifique.

2004

Reconduction des réserves pour 10 ans par arrêtés ministériel, et le la Préfecture Maritime.

2005

Installation dans l’Observatoire du PMCB, bâtiment créé par la ville de Carry-le-Rouet, nouveau siège du syndicat mixte

2007

Le Parc Marin de la Côte Bleue se dote d'un Plan de Gestion qui fixe les objectifs de la structure pour les huit années à venir. Ce Plan de Gestion 2008-2015 se décline en 6 grands objectifs stratégiques

2009

Le Syndicat Mixte Parc Marin de la Côte Bleue est désigné opérateur pour la réalisation du Document d'Objectif du site Natura 2000 "Côte Bleue Marine".

2012

Le Parc Marin de la Côte Bleue obtient le label ASPIM "Aire Spécialement Protégée d'Importance Méditerranéenne". Il est ainsi le 4ème site français labellisé.

2014

Approbation du DOCOB Natura 2000. Le Parc Marin devient ensuite animateur du site Natura 2000 Côte Bleue Marine.

Les 2 réserves marines sont reconduites pour une durée indéterminée par arrêtés ministériel et préfectoral.

2016

Le principe de la dissolution du syndicat mixte par absorption dans la Métropole Aix Marseille Provence est posé suite à l’interprétation de la loi NOTRE par les services de la Préfecture. Une action est conduite par l’ensemble du Comité Syndical pour préserver la gouvernance du PMCB, ses moyens d’action, et les procédures de reconnaissance internationales (ASPIM, Liste Verte) dans lesquelles il est engagé.

2018

Aboutissement de la procédure de modification statutaire stabilisant le syndicat mixte dans le paysage de la coopération intercommunale.

Inscription sur la Liste Verte internationale des aires protégées de l’Union Internationale pour la Conservation de la Nature

x